Hiroshima et ailleurs aussi (Jud, graphiste au Japon, depuis 2007)

Qui suis-je

Originaire du Beaujolais (Gleizé, dans le Rhône où je suis née en 1979), et après une dizaine d'années passées dans le sud de la France, Aix-en-Provence, puis Marseille, je me suis instalée au Japon, à Hiroshima fin juin 2007.

A la base, rien ne me destinait vraiment à migrer vers cette contrée. Je ne me suis jamais passionnée ni pour les mangas, ni pour les dramas, encore moins pour les jeux vidéos, que je ne dénigre pas pour autant, mais qui sont souvent un point de départ pour la plupart des français installés au Japon. En fait jusqu'en 2005-2006, je ne m'étais absolument jamais intéressée au Japon. Les pays qui m'attiraient le plus étaient la Turquie et l'Espagne, où je suis allée souvent et le Brésil, où je n'ai malheureusement jamais mis les pieds.

Mais voilà, en 2004, j'ai rencontré Phred, de La Dame Noir, un bar et label de musique marseillais qui n'existaient pas encore à l'époque. Et lui ne jurait que par le Japon et Hiroshima en particulier. J'ai d'abord été étonnée, pour moi le Japon n'était qu'un pays moderne et froid, pas rigolo du tout, puis intriguée au fur et à mesure qu'il me racontait ses aventures là-bas, me montrait des photos et vidéos de ses potes sur place. Il y est allé pour la première fois en l'an 2000 (si je me souviens bien), en tant que DJ dans une soirée du crew Sleepyeye.

De fil en aiguille, il a fini par me transmettre sa passion, j'ai tenté de commencer à apprendre la langue et, en Août 2006, suis partie avec lui pour 3 semaines inoubliables à Hiroshima où j'ai pu rencontré ses amis. Vous pouvez relire cette aventure ici. Le dernier jour, j'ai annoncé à toutes les personnes rencontrées sur place, que promis-juré-craché, je revenais dans moins d'un an vivre à Hiroshima.

Et chose promise chose dûe, je suis revenue avec un visa working-holiday, qui a plus été un "drinking-holiday" me concernant. A l'époque je travaillais en tant que graphiste freelance, ce qui m'a permis de continuer à travailler mais d'avoir beaucoup de temps libre. J'ai pu ainsi passer beaucoup de temps à sortir, à me faire des amis et aussi à apprendre la langue. Seule avec des bouquins et internet mais aussi pendant 1 an et demi à l'école Kumon. Jusqu'en 2011 je donnais aussi des cours de français dans une petite école de langue : Outsider Zone.

Puis en Mars 2011, nouvelle vie, j'ai été embauchée à plein temps par le YMCA d'Hiroshima pour faire la promotion de l'Ile de Miyajima auprès des étrangers. Ca m'a permis de voyager (Los Angeles, New York, Séoul, Paris, le Mont Saint-Michel, Tokyo / Yokohama) et j'ai réalisé ce site visit-miyajima-japan.com. Je travaillais aussi 1 jour par semaine dans la mairie d'Hatsukaichi, à la division tourisme. C'est un boulot qui m'a donné énormément de frustrations. J'ai pu être confrontée à tous les clichés du travail en entreprise japonaise et j'en garde plutôt un mauvais souvenir même si ça été très formateur. Mon contrat n'était au départ prévu que pour une année, mais il a été renouvelé pour une seconde, durant laquelle j'ai commencé à chercher un emploi pour la suite.

Et grâce à mon amie Tama, j'ai été mise en relation avec une toute jeune entreprise : Nininbaori, un studio de graphisme où j'ai été embauchée en Avril 2013 et où je me sens vraiment épanouie. J'ai aussi eu l'occasion de voyager grâce à ce boulot : Tokyo, Yokohama, Kumamoto, Singapour et Los Angeles.

Je vis une vie vraiment relax, sans frustrations ni haine latente du Japon, où je me considère plus comme immigrée française qu'expat.

 


 

Les photos du blog sont prises avec un Fujifilm x30 et un iPhone 6s et iPhone7.

Blog de Jud à Hiroshima, graphiste française vivant au Japon

Me contacter

J'ai pris durant 3 années, le temps de répondre à tous les mails que je recevais. J'ai fourni des réponses longues et détaillées à tous ceux qui me posaient des questions. Mais, lassée de l'ingratitude, de l'impolitesse et de l'irrespect total des personnes qui me contactaient (99% du temps je ne reçois aucun mail de remerciement, et encore les 1% restant, c'est surtout parce qu'on des questions supplémentaires à me poser), j'ai décidé que JE NE REPONDRAI PLUS aux mails concernant les visas, l'emploi et les stages dans le graphisme.

 

Your Name (required)

Your Email (required)

Subject

Your Message